Paris-Ataùro = 3 avions + 1 bateau. Le mot expédition est bien choisi. Bienvenu au Timor oriental avec Blue Ventures. Qu’est allé faire The Blue Martin dans cette galère ?

Le Timor, c’est pas en Afrique ?

Combien de fois l’ai-je entendu, celle-là ? Bon, je la ramène, mais je n’étais pas un spécialiste du Timor oriental avant de m’engager comme volontaire pour Blue Ventures. Ce n’est pas parce qu’il a subi des années de conflit difficile depuis les années 60 qu’il doit être catalogué comme territoire africain. Le continent des grands mammifères n’a pas le monopole de la souffrance !

Et tu pars où en vacances déjà ?

Stop, on rembobine ! #génération cassette. Cette réflexion, The Blue Martin l’a entendu maintes fois. Il suffit de dire « tropique », « plongée », « volontariat » pour que mes interlocuteurs pensent « vacances » et « pieds en éventail sur transat ».

N’essayez pas de vous justifier, c’est encore pire !

Bref, ce ne sont pas des vacances ! C’est un volontariat pour aider les scientifiques de l’ONG Blue Ventures à réaliser des enquêtes sous-marines sur les récifs coralliens au Timor oriental, en Asie du Sud Est. Soyez indulgents pour vos amis travailleurs de bureau pour qui le néon offre une pâle luminothérapie ; pour qui travailler à l’extérieur et sous les tropiques = vacances, un point c’est tout.

Si mes vacances sur Ataùro vous intéressent, direction le post suivant 🙂

Categories: Carnet d'expé