Le trafic maritime rentre dans le rang, les ambitions vertes de l’ONU, nouvelles révélations sur le chalutage profond et + : La Sel’actu hebdo.

Trafic maritime : les émissions carbone enfin régulées!

Accord historique signé par les 170 pays de l’Organisation Maritime Internationale. Objectif : diviser par deux leurs émissions carbone du transport maritime d’ici à 2050. Première régulation en la matière, le secteur étant exclu du protocole de Kyoto (1995, ratifié en 2005 !). Une blague, car 80% du commerce mondial utilise le trafic maritime. Inclus dans le plan : moins de carburant sale, plus d’énergie vertes voire propulsion nucléaire. Rappel : le secteur représente 3% des émissions, qui sont en constante augmentation car alignées sur la croissance mondiale. Militants de l’environnement acquiescent, mais réclament 70% de diminution d’ici à 2050 pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris 2015. Autre solution : consommer différemment 😉 Plus d’infos sur Le Journal de l’environnement.

1 homme sur 2 défenseur actif de la nature en 2050 : objectif Lune ?

C’est du moins l’intention affichée par Christiana Pașca Palmer, secrétaire générale de la convention sur la diversité biologique de l’ONU, avant la COP23 de Pékin en 2020. Pour y arriver, nous devrions étendre de 10% par décennie réserves naturelles, aires marines protégées, territoires d’agriculture durable… Les écolos veulent obtenir sanctuariser 50% de la planète pour la vie sauvage. Les gouvernants s’y opposent et veulent étendre les zones protégées à hauteur de 17% des terres émergées et 10% des océans d’ici à 2020. Allez vite, on se met d’accord, le nombre d’espèces sauvages décline à vitesse grand V. Plus d’infos dans The Guardian. 

Chalutage en eau profonde : du réchauffé + du piment

Nouvelle enquête axée sur l’évaluation des prises de poissons d’eau profonde de 1950 à 2015. 43% d’entre elles seraient non répertoriées. L’ensemble réévalué = 25 millions de tonnes de poissons de 72 espèces différentes. Parmi les raisons avancées: seuls quelques espèces étaient retenues au début du comptage transmis à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et le développement. Les autres, non désirées pour le commerce ou trop petites, n’étaient pas comptabilisées. Autres constats, déjà connus : le chalutage profond, c’est 0,5 % des pêches mondiales, pour un impact environnemental dramatique sur des écosystèmes déjà fragiles. Et pas viable économiquement : prospérité durant 1 à 2 décennies, puis effondrement. Rappel : chalutage profond = filets géants lestés qui raclent les fonds marins jusqu’à 2000m. Waterloo Waterloo morne plaine… En savoir plus sur Mongabay et avec Bloom bien sûr !

Courant (océanique) en panne = ça va cailler !

Nouvelle enquête sur le « Gulf stream ». Le courant de l’Atlantique Nord s’est affaibli de 15% depuis 1950 et il n’a jamais été aussi lent depuis 1600 ans ! Parmi les raisons, la fonte rapide des glaces du Groenland. Conséquence possible : l’accélération du réchauffement climatique. Rappel : ce courant est fondamental pour réguler le climat à l’échelle mondiale. Sa dérégulation doit être évitée à tout prix, affirment les auteurs de l’enquête. Vaste programme ! Bonus : les scientifiques sont incapables de prédire le point de non-retour. Après quoi : des hivers glaciaux en Europe de l’Ouest, plus de chaleur au Sahel (ouf !), disparition d’écosystèmes dans les eaux profondes océaniques… Sortez vos doudounes et vos mouchoirs ! Plus d’infos dans The Guardian.

En ultra bref

_Seconde plainte de l’association Bloom contre les Pays-Bas. Motif : non publication des aides publiques européennes allouées à ses flottes de pêche entre 2007 et 2014, contrairement à la réglementation. Sur cette période, le pays a obtenu 84 licences pour utiliser la pêche électrique, pratique destructrice des fonds marins. Tendu ! En savoir plus sur le site de Bloom.

_Grande Barrière de Corail, Australie : WWF Australia milite pour une zone sans filet maillant pour protéger les dugongs. Astuce : rachat de la licence de pêche par campagne de crowdfunding. En savoir plus dans The Guardian.

_Le Royaume Uni pourrait créer 5000 jobs en passant à la pêche durable après le Brexit (avec la sortie de la politique commune de la pêche). En savoir plus The Guardian.

Categories: Sel' Actu