Les baleines à bosse repeuplent l’Antarctique Ouest, game over pour les rats en Géorgie du Sud, on consomme nos ressources à crédit: La Sel’actu hebdo.

Antarctique Ouest : les baleines à bosse en plein boom

Elles ont une bosse sur la tête et jaillissent à la surface de l’eau avec fracas. D’après une étude récente, la population de baleines à bosse augmente autour de la péninsule de l’ouest de l’Antarctique. Preuves avancées par les chercheurs : la fréquence élevée des grossesses et le fait qu’une large population de femelles soit enceinte et allaite un baleineau dans le même temps. Raisons de ce regain : interdiction de la pêche commerciale depuis 1966 ; manque de compétition d’autres espèces de baleines moins résilientes; et la montée des températures (+7°C dans la région depuis les fifties). Conséquence: le retrait des glaciers/banquise facilite l’accès à la nourriture, dont le krill (mini-crevette). Plus d’infos sur Mongabay et Royal Society Open Science.

Géorgie du Sud : victoire contre les rongeurs

La Géorgie du Sud vous connaissez ? Un territoire britannique d’outre-mer paumé dans le sud de l’Atlantique, une île inhospitalière pour nous humain, mais un paradis pour les mammifères et les oiseaux marins – manchot royal, albatros, gorfou doré… Or rats et souris – amenés par les baleiniers et chasseurs de phoques au 19e siècle – ont décimé ces populations d’oiseaux. Depuis 2011, les environnementalistes mènent contre eux une guerre sans merci pour sauver les oiseaux. Ils ont dispersé par hélicoptère des appâts empoisonnés pendant 4 ans. À la suite d’une enquête mené en avril, leur constat est formel: plus de signe des rongeurs. Victoire! Plus d’infos sur Mongabay et le site du South Georgia Heritage Trust.

COP 23 : Bonn bloque Paris, mais la planète bleue incluse

Rappelez-vous la COP 21. Paris, accord ambitieux, objectif limitation réchauffement des températures de +2°C. Question application, c’est une autre histoire. Réuni à Bonn la semaine dernière, les pays signataires ont fait du surplace, retardant la prise des engagements de l’accord de Paris. Parmi les points de blocage : le montant et la sécurisation des aides financières apportés par les « pays du nord » aux pays les plus vulnérables, déjà affectés par les conséquences du réchauffement climatique. Rappel cela dit d’une avancée notable sous la présidence fidgienne : l’intégration des océans dans les politiques climatiques nationales. Cela a notamment permis de faire pression sur le transport maritime pour réguler ses émissions de gaz à effet de serre. Les lignes peuvent bouger d’ici à décembre, mois de la COP 24 à Katowice (Pologne). Plus d’infos dans Sciences et avenir et Le Journal de l’Environnement.

En ultra bref

_Depuis le 5 mai, la France vit à crédit au plan environnemental. Nous avons consommé plus de ressources naturelles que notre territoire ne peut nous en apporter sur 1 an (poissons compris!). Dépassés, mais pas vaincus ! Plus d’infos sur Le Journal de l’Environnement pour le diagnostic, les groupes Facebook « Gestion budgétaire entraide minimaliste » pour des solutions positives et pleines d’énergie!

_Le gouvernement chinois a annoncé un plan d’action visant à limiter le développement urbain sur les vasières de la côte de Mer Jaune. En cas de réussite, de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs marins seraient sauvées de l’extinction. Plus d’infos sur Mongabay.

Categories: Sel' Actu