The Blue Martin s’est porté volontaire dans la Réserve naturelle de Chérine, dans la Brenne. Une mission courte d’aide aux scientifiques pour préparer un suivi d’oiseaux communs, aux côtés de bénévoles motivés. En deux mots.

Chérine, territoire de biodiversité

La Réserve naturelle nationale de Chérine, au cœur du Parc naturel régional de la Brenne, est un point chaud de biodiversité. La raison? Ses multiples étangs qui en font une zone humide recherchée par de multiples espèces végétales et animales, dont les oiseaux migrateurs et hivernants, et une tortue emblématique comme la cistude d’Europe.

La Réserve de Chérine fait donc l’objet d’un programme de protection spécifique, et a son équipe dédiée. Parmi elle, Laura Beau, chargée d’études spécialisés sur les oiseaux. La scientifique réalise en 2019 un suivi d’espèces d’oiseaux communs (alouette, bruant, fauvette…). Pour la phase préliminaire de l’opération, elle a fait appel à des bénévoles.

Préparer le terrain pour le suivi d’espèces

Concrètement, il s’agissait de se rendre dans une zone de fourrés, milieu naturel composé d’arbustes type prunelliers et de brandes, et d’y percer des petites allées.

Au printemps, des filets seront disposés dans ces « couloirs ». Objectif: capturer des oiseaux qui nichent dans ce milieu à des fins scientifiques: baguage pour identifier des individus et collecter sur eux des données (condition physique, taille, stade de reproduction, etc.). Rassurez-vous, cette pratique a un impact mineur sur les oiseaux, qui sont immédiatement relâchés après l’opération.

D’une année sur l’autre, cette méthode fournit des informations sur des aspects de leur vie (dispersion, fidélité aux sites de nidification, migration, état de santé…).  Bref, de quoi alimenter en connaissance sur ces espèces considérées comme communes, mais qui le sont de moins en moins.

Ce suivi peut être un préalable à la mise en place de politiques de protection et de gestion au niveau local, voire à plus grande échelle.

Les « bénévoles nature » avec les scientifiques

Ce travail est habituellement mené par l’équipe de la Réserve, mais l’ampleur du chantier les a encouragé à faire appel à du renfort. Des bénévoles motivés, parmi lesquels The Blue Martin, ont répondu à l’appel. Chaussés de bottes et de vêtements adaptés, armés de débroussailleuses, tronçonneuses et de cisailles, la troupe s’est embarquée dans les opérations sans réserve.

Un chantier de courte durée, mais vivifiant, gratifiant et enthousiasmant au plan relationnel.

Pour les bénévoles, il s’agissait d’une journée en plein air, au cœur d’une réserve naturelle, à réaliser des travaux manuels qui décarcassent positivement.

Pour les agents de préservation de la nature, une opportunité de transmettre leur connaissance sur la gestion des espaces naturels, dans le but de soutenir la biodiversité, et sur les espèces phares de la réserve (guifette moustac, cistude d’Europe…). Tout cela sur fond de convivialité ambiante, entre discussions sur la nature, pic-nic et pot après le dur labeur.

En savoir +

Réserve naturelle nationale de Chérine

Reportage sur Instagram

Reportage sur Facebook

Méthode CRBPO (Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’oiseaux)

Categories: Carnet d'expé