Habiter en ville n’est pas incompatible avec une aventure collective de la nature. Exemple avec les bénévoles de la petite réserve naturelle de Gunnersbury Triangle, à Londres.

Chaque semaine, même chemin, même rituel, même équipe. Un break dans mon emploi du temps de travail, une escapade nature. Je veux parler de mon bénévolat dans la petite réserve naturelle de Gunnersbury Triangle, à Londres.

Coincée entre voies ferrées, routes et immeubles résidentiels et de bureau, cette enclave est un petit espace forestier comprenant divers habitats naturels, abritant une biodiversité insoupçonnée en ville. 

Si les badauds peuvent se payer le luxe de se balader dans un tel espace, qui ne ressemble ni à un parc ni à un jardin public, c’est grâce à la gestion des équipes de la London Wildlife Trust (Fondation pour la vie sauvage de Londres) et à l’engagement de ses bénévoles.

L’entretien d’une réserve naturelle urbaine représente du boulot.

Chaque semaine, je me suis joint à l’équipe pour maintenir cette oasis de verdure. Les travaux sont très variés : arracher des ronces, couper les branches mortes, recenser des oiseaux et insectes, planter des arbres, creuser des étangs, nettoyer les nichoirs à oiseaux, balayer les allées… Tout cela guidé par Netty Ribeaux, notre agent de préservation de la nature, une femme énergique et londonienne épanouie.

Pour les bénévoles, c’est un peu comme jardiner, mais dans un objectif de préservation de la nature.

Gunnersbury Triangle, c’est un peu comme mon expérience avec Blue Ventures, mais en ville. Je suis venu pour la nature, et je me suis attaché aux personnes. Les raisons qui poussent les bénévoles à venir à la réserve sont diverses: préserver la nature, créer des liens, se dépenser un peu, profiter du grand air, se vider la tête.

Préserver la nature est avant tout une aventure collective et excitante.

Ce qui m’a le plus marqué dans cette expérience est le profil des bénévoles présents. Des personnes d’âges divers, d’origines ethniques et sociales différentes, hommes comme femmes, jeunes et seniors. Bref, un petit concentré de la société anglaise, qui n’est pourtant pas la plus facile à réunir dans un même endroit.

La nature, un puissant motif de rassemblement.

Certains bénévoles, comme Ian ou Carisse, s’investissent dans Gunnesbury Triangle depuis plus de 5 ans. Pas de grandes leçons de leur part sur l’écologie, juste du travail de terrain, humble et efficace, chez ces passionnés de la nature dont la contribution est essentielle à la préservation de la vie sauvage de Londres. Une véritable inspiration.

En savoir +

Gunnersbury Triangle (en anglais)

Reportage sur Instagram 

Page d’accueil The Blue Martin

Reportage sur Facebook

 

Categories: Acteurs